En vers et pour tous – L’évidence d’écrire, Chloé des Lys éditions, Mouscron, 2018.

Le passage de l’enfance à l’adolescence est une période qui peut se révéler critique et délicate pour beaucoup de jeunes êtres. Tant les filles que les garçons voient leur corps changer, se développer, et les diriger vers de nouvelles émotions, de nouvelles sensations qui peuvent être abordées avec retenue et méfiance par les adultes. Chacun tente de grandir avec lui-même, d’évoluer avec les autres, de comprendre sa condition humaine et la palette d’émotions qu’elle suppose. L’auteur livre dans ce récit autobiographique le moyen qui s’est imposé à elle comme une évidence pour soulager ses pensées, pour ne jamais céder à ses démons intérieurs : la poésie. Écrire des poèmes a été l’étape salvatrice de son âme, l’accueil fait à une douleur de vivre subtilement envahissante qui a frappé tôt à sa porte. Comment vivre chaque jour en ne s’aimant pas ? Comment accepté d’être aimé alors qu’on se vomit ? Qui peut mieux nous sauver que nous-même ? L’art, quelle que soit sa forme, peut-il dénouer les tensions intérieures d’un jeune en souffrance ? Faut-il une réponse à chaque peine, à chaque douleur ? Ces questions nous parviennent à la lecture de ce roman qui, sans prétention, espère soulager, ranimer, toute personne en souffrance de vivre.

 

Jacques a dit : « Aime l’école ! », autoédition, juillet 2018.

Jacques a dit : « Aime l’école ! » est un roman fondé sur des témoignages d’élèves, d’enseignants, de parents, de logopèdes (orthophonistes), d’agents PMS, de directions, qui emmène le lecteur dans deux écoles fictives (primaire et secondaire) le temps d’une année scolaire pour y suivre le quotidien des acteurs. Le style romanesque permet par sa fluidité une introspection et une réflexion contextualisée sur les conséquences de nos actes, dires et postures d’adultes sur le développement empathique et donc cognitif des élèves. Tantôt drôle, tantôt révoltant, le récit ouvre le débat sur une multitude de thématiques relatives à la scolarité et à l’éducation : l’autorité arbitraire, l’entretien ou le contrôle de la curiosité intrinsèque de l’enfant, le poids d’un programme prédéfini, l’impact institutionnel sur la liberté d’action et de jugement de l’enseignant, la question de la médication en cas de déficit attentionnel, l’accueil du trouble d’apprentissage dans le cadre scolaire traditionnel…

 

L’enseignant éclairé – L’empathie (Tome 1), autoédition, 2019.

L’enseignant éclairé est une série d’ouvrages consacrée aux membres de l’enseignement afin de leur apporter des pistes réflexives et concrètes sur leur pratique au quotidien. Ce tome, dédié à l’empathie, explore la façon dont nous nous positionnons généralement dans la relation à l’élève et nous aide à prendre conscience de nos habitudes verbales et non-verbales pour augmenter notre potentiel empathique. En veillant à la qualité bienveillante et soutenante de nos rapports, nous favoriserons les apprentissages et nous inscrirons dans une relation constructive avec les élèves pour contribuer à long terme, sinon à diminuer la violence quotidienne, à ne plus l’incarner. Les situations de l’accueil du matin, des récréations, du temps de midi, des rangs et, bien sûr, de la classe y sont abordées. Expériences personnelles de l’auteur et données scientifiques s’y côtoient pour tendre vers l’objectif humblement avoué d’un changement de pensées : vivre toute la beauté et la richesse de notre métier qui vise à développer le plein potentiel des élèves.

 

 

L’enseignant éclairé – La discipline (tome 2), autoédition, 2020.

Ce deuxième tome se penche sur trois comportements instinctifs : jouer, dormir/faire la sieste et aller aux toilettes en s’interrogeant sur certaines habitudes disciplinaires qui sanctionnent ces comportements instinctifs et qui trouvent leur fondement dans l’histoire des mécanismes disciplinaires. Les chapitres permettent de comprendre les conséquences des mœurs scolaires sur le développement physique, métabolique et cognitif des élèves, mais aussi de remettre à l’honneur l’écoute et le respect de nos rythmes propres par une meilleure compréhension de la chronobiologie.  Démêlons puis harmonisons culture scolaire et rythme propre. Chassons ces vieux fantômes qui hantent les couloirs de l’école, cette tradition disciplinaire qui dicte notre verbe et son autorité arbitraire qui nous distance de l’éduquant pour y faire entrer la clairvoyance nécessaire au respect de chacun. Comme le dit la célèbre maxime : « Connais-toi toi-même », toute aventure commence avec soi-même.

 

Bonne année, mamie ! autoédition, 2020.

Pièce de théâtre disponible sur le site de la théâtrothèque et sur Amazon. Soumise à des droits d’auteur et de représentation : contacter la SACD.

http://www.theatrotheque.com/club/go100.php

Bonne année, mamie ! est une pièce de théâtre relevant du genre de la comédie. L’histoire d’un jeune couple qui vit avec la grand-mère de l’homme et qui décide de sortir pour fêter le 31 décembre sans la grand-mère pour laquelle personne n’est disponible pour la garder. Pour être certain qu’ils seront tranquilles le 31, ils décident de fêter le 31 décembre, la veille, le 30 décembre et de tout faire pour que la grand-mère ne s’en aperçoive pas. Malheureusement, des tribulations familiales vont compromettre leur plan. Humour, ironie et tendresse caractérisent cette pièce qui met à l’honneur l’empathie et les liens familiaux.